Les enfants et la piscine

L’été commence à s’annoncer : le thermomètre gagne chaque jour quelques degrés supplémentaires ; la piscine est sortie de son hivernage ; de vitrine en vitrine, les magasins vous font de l’œil avec leurs nouveaux produits estampillés belle saison : maillots de bain, bains de soleil, crème solaire anti-rides…

Toute la famille attend impatiemment la première baignade, événement lançant véritablement la saison estivale. Le petit dernier lui-même va pouvoir s’adonner à ses tout premiers barbotages.
Et cette réflexion vous vient alors à l’esprit : comment apprendre à cet enfant à appréhender le milieu aquatique dans toute sa globalité, entre le plaisir des jeux dans l’eau et la conscience du danger potentiel que l’eau représente ? voir Ce que tout le monde devrait savoir avant d’acheter sa piscine

Comment faire en sorte de lui garantir un maximum de sécurité ?

Une piscine est un merveilleux espace de jeux pour les enfants. On y invite les copains, les cousins,on y joue avec ses parents, on fait ses premières brasses…
Quand on est enfant, on ne se soucie guère des températures de l’eau et de l’air, et on passerait des journées entières dans la piscine,même lorsque l’eau n’atteint pas les 20°. Cela se conçoit bien sûr,mais à partir d’un certain âge, à partir d’une certaine conscience de la “dangerosité” de l’eau, d’une certaine connaissance du milieu aquatique et de l’apprentissage de la natation. Avant, jusqu’à ce que l’enfant ait 6/7 ans, on se doit, entant que parents, d’être très vigilants par rapport à une telle“cohabitation”.
Le problème, c’est que cette angoisse des parents, l’enfant la ressent.
Or, pour être sécurisé dans l’eau, l’enfant doit d’abord apprendre à la connaître, à l’apprécier et à en faire son alliée.

Les enfants aime l’eau

certaine connaissance du milieu aquatique et de l’apprentissage de la natation. Avant, jusqu’à ce que l’enfant ait 6/7 ans, on se doit, entant que parents, d’être très vigilants par rapport à une telle“cohabitation”. Le problème, c’est que cette angoisse des parents, l’enfant la ressent.
Or, pour être sécurisé dans l’eau, l’enfant doit d’abord apprendre à la connaître, à l’apprécier et à en faire son alliée. Aimer l’eau la clé de la fin de vos angoisses,c’est lorsque votre enfant connaîtra le monde aquatique.“Sécurité” ne veut pas dire qu’il doit avoir une peur bleue de l’eau et ainsi ne jamais s’en approcher.Bien au contraire. On ne maîtrise que ce que l’on connaît bien.

 

Un bébé qui s'amuse avec sa maman dans une piscine
Bien sûr, il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse et risquer qu’il ne se précipite sans protection dans le bassin. Cela aussi fait partie de l’apprentissage.Pour ses premiers bains, les meilleures conditions doivent être réunies : une bonne température,dans l’eau comme à l’extérieur,pas de vent qui donne rapidement une désagréable sensation de froid et pas trop d’agitation autour de lui, pour limiter les éclaboussures qui surprennent et donc agressent.
C’est dans vos bras qu’il prendra contact avec l’eau, serré contre vous et rassuré par vous.
Cette première approche est facilitée si vous disposez d’une plage immergée ou d’un escalier dont la première marche est suffisamment spacieuse pour que vous vous y installiez tous les deux,pour plusieurs minutes de jeux et de barbotages.Un ballon, un bateau qui flotte,une petite planche ou une “frite”…un seul de ces objets peut suffire à votre enfant pour qu’il s’amuse et prenne plaisir à être dans l’eau.

On vide, on éclabousse, on fait flotter,on enfonce dans l’eau et hop ! ça remonte tout seul…
Vous pouvez aussi envisager un réel apprentissage du milieu aquatique,ce qui est l’idéal. Nous vous conseillons alors la lecture de “Mon enfant et l’eau” de Michel Pédroletti, dont vous nous livrons un résumé en fin de page.

Les enfant s'amusent dans la piscine

Faciliter la sécurisation et la surveillance

Pour vous rassurer, pour vos enfants et pour ceux qui viennent vous rendre visite, vous devez aussi mettre toutes les chances de votre côté du point de vue de l’aménagement même de votre espace piscine. Il est vrai qu’à la base, vous avez remarqué que les piscinistes conseilles toujours une implantation de la piscine bien en vue depuis la maison, la terrasse et tout autre lieu de vie. Évitez ainsi de cacher la piscine derrière une haie, de la positionner à l’autre bout du jardin, ou à l’arrière de la maison, là où vous n’êtes jamais pendant la journée. Avoir toujours un œil sur la piscine,c’est déjà un premier pas vers la vigilance.

Ensuite, les aménagements doivent être adaptés ou peuvent rectifier un positionnement quel-que peu problématique. Le revêtement de la plage ne doit pas être glissant, rien autour de la piscine ne doit faire risquer une chute dans le bassin. Muret,portillon… peuvent ainsi seconder la protection vis à vis du bassin,bien avant que n’interviennent les systèmes de sécurisation directe du bassin.
Au contraire, des arbres ou arbustes peuvent vous cacher la vue sur la piscine, peut-être vaudrait-il mieux les élaguer, les déplacer si possible, ou positionner la piscine différemment si vous n’en êtes encore qu’au stade du projet

 

Le livre de Michel Pédroletti n’est pas seulement rassurant pour les enfants,il l’est aussi et surtout pour les parents qui ont enfin un guide pour savoir comment s’y prendre pour faire aimer l’eau à leur enfant.En 2 grandes parties, l’auteur vous apprend progressivement comment amener votre enfant à se familiariser avec le milieu aquatique, en fonction de son âge et de son plaisir à être dans l’eau; puis il propose une initiation aux différentes nages.

En préambule à tout apprentissage d’une nage, l’auteur explique qu’il est important qu’un enfant apprenne progressivement à respirer puis à se mouvoir dans l’eau, qu’il ait conscience de la portance de l’eau et de la réaction de son corps en fonction de ses gestes. Ainsi, en cas de chute ou autre petit incident, il ne sera pas paniqué, connaissant bien le milieu et sachant comment s’y comporter.Michel Pédroletti explique que l’apprentissage de la respiration passe par le jeu : on commence par faire de grosses bulles dans l’eau, nez hors de l’eau, puis nez dans l’eau…

L’enfant éprouve des difficultés ou une appréhension à le faire ? Pourquoi ne pas s’aider alors d’une paille ?L’ouvrage offre ainsi tout un panel de petits exercices, exclusivement basés sur le jeu et le plaisir d’être dans l’eau. Chaque apprentissage se fait très progressivement et très patiemment, l’auteur rappelle qu’une“régression” est tout à fait possible à certains âges, à certaines périodes et qu’il faut l’accepter et, sans hésiter, revenir “en arrière”.

L’essentiel est d’écouter votre enfant pour déterminer à quel moment il est prêt à aller plus loin ou, au contraire, quand il ne faut pas le forcer.Ne vous mettez aucune pression. Gardez toujours le sourire, même lorsque l’enfant fait une glissade involontaire dans la baignoire ! S’il sent que de votre côté “tout baigne”, alors tout ira bien pour lui aussi !Lorsque plusieurs petits exercices sont ainsi maîtrisés dans la baignoire, vous pouvez sans angoisse faire “le grand saut” et vous baigner ensemble dans la piscine. Les mêmes exercices se referont également progressivement : allongé sur le dos, sur le ventre, la respiration de face, la respiration latérale…S

i la première partie s’applique aux tout jeunes enfants, dès les premiers mois, la suite s’adresse plus spécifiquement aux plus de 6 ans, âge à partir duquel peuvent débuter les initiations aux différentes nages.Chaque mouvement de brasse, crawl, dos crawlé et papillon est expliqué et clairement illustré. Vos “petits canards” vont ainsi devenir progressivement de vrais “petits poissons”. Très bon ouvrage, donc.“Mon enfant et l’eau” de Michel Pédroletti, aux Editions Amphora.